Affichage :
EDForum Index du Forum

EDForum

Forum généraliste spécialisé dans les séries TV
[Texte] Les aventures de Vamp la Rouge

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

Rechercher dans ce sujet :
Messages
AiMa Sexe : Féminin
Modératrice
Mageprincesse
Modératrice
Mageprincesse

Inscrit le : 17 Mar 2003
Messages : 14075
Points : 71 Concours jeux - 16e place 120 Concours graphiques - 12e place
Localisation : in the tardis
Séries favorites : Dr Who for the moment
MessagePosté le: 23 Fév 2007 16:17
Masquer ce messageAfficher ce message
Répondre en citantAjouter à liste des messages à citerRetirer de la liste des messages à citer
chap 101 : bientôt au bout ?

Citation :
Les événements qui suivirent restèrent à jamais incompris de Vamp. Elle allait demander à Meryl s’ils devaient tenir les chevaux pour faciliter leur télétransportation magique lorsqu’elle se retrouva étendue à plat ventre sur le sol, de l’herbe dans la bouche. Elle secoua la tête, tâchant de regagner ses esprits et leva les yeux. Sa vue avait été affectée par ce « voyage » et elle ne percevait que des images floues des environs. En fronçant les yeux, elle parvint à discerner de grosses taches sur le sol. Peut-être s’agissait-il de ses compagnons de voyage. Elle reposa la tête sur le sol et ferma les yeux quelques instants pour retrouver son équilibre interne. Après quelques respirations profondes et l’observation d’une minuscule coccinelle qui dégustait des moucherons sur une herbe toute proche et qui apparaissait de plus en plus nette, elle sentit ses idées s’éclaircirent et s’assit sur le sol avec précaution. Elle observa autour d’elle et vit que ses amis commençaient également à se remettre de leur télétrucbidule. Remarquant alors que tous avaient les cheveux dressés sur le crâne, tels des hérissons, elle éclata de rire :mdr: . Son sourire s’estompa quand elle constata, en essayant de passer la main dans sa chevelure, qu’elle n’avait pas été épargnée :peur2: . Elle ouvrit la large bourse qu’elle portait à la taille et qui contenait les objets de première nécessité et en sortit un petit miroir et un peigne d’écaille. Elle failli s’évanouir devant le spectacle affreux que lui renvoyait son reflet :arg: . Elle n’avait pas été aussi laide depuis qu’elle avait tenu le rôle de Sainte Betty :angel: dans les petites pièces qu’affectionnaient les sœurs qui l’avaient élevée. Malheureusement, ses coups de peigne féroces ne parvinrent pas à démêler la masse de nœuds qui avait remplacé sa coiffure habituelle. La seule amélioration qu’elle parvint à apporter fut de nouer cette masse informe en une queue de cheval qui se dressa sur sa tête, tel le feuillage d’un saule pleureur en joie. :blase:

Vamp se redressa fièrement, tentant de se persuader que son apparence physique demeurait celle d’une fière guerrière, capable de faire fuir à sa seule vue ses adversaires. Vamp n’avait aucune raison de s’inquiéter, son pouvoir de fuite était toujours efficace même si son origine en était différente. Elle n’était pas la seule à avoir quelques problèmes capillaires, l’ensemble de sa troupe tentait également d’améliorer son apparence. Seule Meryl avait été épargnée et les observait moqueuse. Elle s’approcha de Vamp et lui fit une petite révérence :
-Chère Dame, votre souhait a été exaucé, vous voilà à deux lieues de Trillith. J’ai pensé que vous ne souhaitiez pas apparaître en plein marché.
-Hum, vous n’avez pas tort. Vous auriez pu nous prévenir que votre petit tour allait avoir quelques conséquences, grommela Vamp. :evil:
- Oh, ceci ? s’exclama Meryl en pointant du doigt la coiffure de la mercenaire. Ce n’est rien, un petit excédent de charges négatives. Vous voyez, le potentiel électrique de la forêt où nous nous trouvions est en réalité plus élevé que celui de Trillith. C’est d’ailleurs un peu paradoxal, puisque dans les deux cas, ils sont pris comme référence terre et …
-Merci, Meryl mais je n’ai pas besoin des détails techniques. Où sommes nous exactement ?
-A deux lieues au nord de Trillith, cette route mène à la porte d’Altrach, répondit aimablement Meryl. J’ai hésité avec la porte d’Ilonie mais la voie est plus passante et j’avais peur que …
-Vous avez bien fait, l’interrompit Vamp d’un geste. Je tiens à regagner Trillith le plus discrètement possible. Merci encore pour votre aide. :merci:
Elle allait s’éloigner de Meryl mais se retourna vers elle.
-Dites, Meryl ?
-Oui ?
-Vous pourriez lisser mes cheveux, s’il vous plait ? Je n’aime pas avoir l’air d’une échevelée écervelée, surtout quand je dois traiter d’affaires délicates. :oops:
-Oh ! Bien sur, je voulais vous le proposer et cela m’est sorti de l’esprit, avoua en souriant Meryl. Elle s’approcha de Vamp et entoura sa tête de ses mains. Quelques formules, contorsions et sensations étranges plus tard, Vamp avait retrouvé sa splendide chevelure si impeccablement coiffée, de quoi rendre jalouse une Pamela Ewing .
Après avoir vivement remercié Meryl, Vamp se tourna vers ses compagnons et vérifia qu’aucun ne manquait. Son otage, Avalon était bien présente et s’était rapprochée de MissO, qu’elle caressait languidement.
-Avalon ! s’écria Vamp, éloigne-toi de cette bestiole ! Sam, occupe-toi de la panthère au lieu de te lécher les pattes !
Sam montra les dents à Vamp et se leva tranquillement. Il commençait à être fatigué de cette bonne femme qui ne lui laissait même pas le temps de remettre son pelage en place. Enfin, tant que sa maîtresse suivrait cette esclavagiste, il se plierait à ses ordres. Saisissant MissO par le garrot, il l’éloigna d’Avalon.

Vamp profita d’une accalmie dans la remise en ordre de sa troupe pour leur expliquer ses plans.
-Nous allons entrer à Trillith en deux convois. Hunter, je te charge de Tram, Tawi, Manon, Sam et de bébé Com. Je prends avec moi Avalon, Aster et Meryl pour me rendre chez le Messire. Je ne tiens pas à mettre en danger BonneMi et sa famille plus de temps que nécessaire. Si je ne suis pas de retour dans 12h, va à la taverne du chat puant, tu y trouveras la troupe de Gerber le gras, toujours prête à en découdre si on y met le prix. Lance l’assaut sur la demeure du Messire et venge-moi si nécessaire, ajouta-t-elle. Elle espérait qu’Aster relaierait ces informations à son maître. Elle avait un ou deux tours en réserve mais un peu d’intimidation préventive ne faisait jamais de mal.
-Partez les premiers, je vous rejoindrai à notre auberge habituelle, conclut-elle.


_________________
:o la physique, c'est poétique :o
Revenir en haut Aller en bas
Hors ligne | Profil | MP | E-mail
AiMa Sexe : Féminin
Modératrice
Mageprincesse
Modératrice
Mageprincesse

Inscrit le : 17 Mar 2003
Messages : 14075
Points : 71 Concours jeux - 16e place 120 Concours graphiques - 12e place
Localisation : in the tardis
Séries favorites : Dr Who for the moment
MessagePosté le: 09 Jan 2010 21:41
Masquer ce messageAfficher ce message
Répondre en citantAjouter à liste des messages à citerRetirer de la liste des messages à citer
chapitre 102 : salle d'attente

Citation :
- Tiens, voici une nouvelle qui pourrait t’intéresser, Avalon. Tu viens d’obtenir le prix Melusine pour « tes nombreux succès dans la torture erotico-psychologique et la mise au point d’un sort de super priapisme ». Wahou, je ne savais pas que tu avais été nominée aux Wicked Awards ! s’exclama Vamp tout en brandissant le numéro de Wicked Magic qu’elle venait de parcourir.
- Ils auraient pu te mettre en couverture, tout de même, ajouta-t-elle. Cette Glinda est bien trop blonde et ingénue pour figurer sur une revue de cette envergure.

Cette nouvelle n’eut pas l’air d’émouvoir la magicienne, assise confortablement dans un fauteuil en face de Vamp. Les yeux fermés, elle ne semblait pas d’humeur a vouloir entretenir la conversation, pourtant passionnante, initiée par Vamp.

Les deux femmes étaient confortablement installées dans une petite pièce meublée de trois fauteuils et d’une table jonchée de journaux. Ce lieu évoquait davantage la salle d’attente d’un médecin bourgeois que la cellule moisie dans laquelle Vamp s’était attendue à séjourner à son arrivée chez le Messire. La présence d’Aster lui avait interdit tout stratagème pour entrer dans cette demeure discrètement et elle avait tout simplement frappé à la porte principale. Seules Avalon et elle avait été autorisées à entrer après avoir été fouillées de manière approfondie par un garde aux mains baladeuses. Toutes ses armes lui avaient été confisquées. Vamp s’était laissée faire, elle n’était pas en position de force et ce n’était pas la possession d’un poignard qui allait lui permettre de quitter en un seul morceau la demeure du Messire. Cette mission et la compagnie d’Avalon lui pesaient et elle ne souhaitait qu’une chose, remettre Avalon au Messire, passer une soirée à l’auberge en compagnie d’une bonne bouteille et profiter d’une bonne nuit de sommeil dans un vrai lit avant de reprendre la route.

Aster les avait conduit dans cette petite pièce où elles étaient désormais enfermées depuis plus de trois heures. Pour un homme si désireux d’avoir Avalon en son pouvoir, il montrait bien peu d’intérêt une fois la chasse terminée.
Abandonnant son magazine, Vamp se leva et se dirigea vers une petite fenêtre qui donnait sur une petite cour déserte. La nuit tombait et un quartier de lune devenait visible au dessus des toits. Bardés de fer, ils ne pourraient pas être utilisés pour quitter cette demeure. Il fallait commencer à penser à un moyen de sortir de cette bâtisse bien gardée.

Vamp venait de se rasseoir lorsque la porte s’ouvrit. Aster apparue dans l’ouverture et leur fit signe de la suivre. Elle les conduisit devant une petite porte discrète et leur fit geste d’entrer. Vamp lui sourit :
-Aster, c’est là que nous nous quittons définitivement, je suppose ! Votre compagnie fut assez plaisante et j’espère que vous avez bien profité du grand air et des quelques péripéties que nous avons rencontré, à même de rompre la monotonie de notre compagnie. Ce fut presque un plaisir de cheminer avec vous ! Vous comprendrez toutefois que je ne souhaite pas particulièrement renouveler cette expérience tant que vous demeurerez fidèle au Messire. Vamp ajouta à voix basse. : toutefois, si vous désirez travailler un jour en free lance, n’hésitez pas à venir me voir, je suis toujours à la recherche de talents comme les vôtres.
Ce petit discours n’eut pas l’air d’intéresser outremesure la mercenaire, impassible. D’une main ferme posée entre les épaules de Vamp, Aster l’entraîna vers la porte et l’ouvrit. Elle révéla un petit bureau où le Messire les attendait.
-Mesdames, entrez ! Asseyez vous, leur dit-il en leur présentant les deux chaises qui se situaient devant son bureau. Désirez vous un rafraîchissement ? Non ? J’espère que votre attente ne fut pas trop longue. Les affaires sont particulièrement florissantes en cette saison et je suis tout simplement débordé.
-Oublions les civilités, Messire, nous ne sommes pas là pour prendre le thé. Voici Avalon, l'interrompit-elle en lui désignant d’un geste de la tête la sorcière qui s’était installée toujours silencieuse sur une des chaises. J’ai donc rempli le contrat auquel vous m’aviez contrainte. Je vais m’éclipser et vous laisser traiter vos affaires en toute intimité, dit Vamp laissant sa main sur la poignée de la porte qui s’était refermée.
-Restez et asseyez vous ! Vous partirez quand je le jugerai bon, pas avant.

_________________
:o la physique, c'est poétique :o
Revenir en haut Aller en bas
Hors ligne | Profil | MP | E-mail
AiMa Sexe : Féminin
Modératrice
Mageprincesse
Modératrice
Mageprincesse

Inscrit le : 17 Mar 2003
Messages : 14075
Points : 71 Concours jeux - 16e place 120 Concours graphiques - 12e place
Localisation : in the tardis
Séries favorites : Dr Who for the moment
MessagePosté le: 11 Jan 2010 22:35
Masquer ce messageAfficher ce message
Répondre en citantAjouter à liste des messages à citerRetirer de la liste des messages à citer
chapitre 103 : le messire se révèle

Citation :
Vamp lâcha lentement la poignée de la porte et s’assit sur la chaise libre. Elle ne tenait pas à provoquer de réactions meurtrières chez son « hôte » mais sa fausse politesse lui tapait sur les nerfs. Aucune des deux femmes n’étaient là par plaisir ou même par choix. Si l’objectif du Messire était de les mettre en confiance par ses discours doucereux, il se leurrait et ne faisait de renforcer leur frustration et leur colère. Vamp jeta un coup d’œil à Avalon, curieuse de voir sa réaction aux propos du Messire qui continuait ses fausses civilités, leur proposant des boissons chaudes, s’inquiétant de leur confort. La sorcière était impassible, détendue et semblait écouter avec une attention polie l’homme qui leur faisait face.


- Avalon, je suis ravi de vous rencontrer enfin ! Je vous remercie d’avoir bien voulu accepter mon invitation, transmise, je l’espère, avec toutes les formes nécessaires par cette charmante émissaire. J’ai hésité longuement avant d’en appeler à vous. Je sais que vos recherches actuelles sont de la plus haute importance et ne peuvent être interrompues pour des vétilles. Cependant, le sort dont j’ai besoin est extrêmement délicat et seule une magicienne de votre envergure et de votre classe m’a semblé capable de réussir ce sort de haute volée. Il va sans dire que je compenserai au mieux le temps que vous voudrez bien y consacrer. Aster m’a fait part de votre affection pour votre familier dont vous avez été séparée par ce qui me semble être une mesquine petite vengeance de la part de Vamp.

Le Messire semblait prendre grand plaisir à ces petites remarques acérées qui laissaient Vamp de glace. Il s’arrêta quelques instants pour ouvrir un tiroir et en tirer un miroir au cadre d’argent

- Je me suis permis d’envoyer mes hommes récupérer votre panthère. Je ne fais pas confiance aux auberges de Trillith pour fournir les soins appropriés à un tel fauve et je sais que vous tenez à cette compagne fidèle. Je l’ai confiée aux bons soins de mes servantes et vous pourrez la retrouver, nourrie et soignée dès que vous le désirerez. En attendant, ce miroir d’Erised vous permettra de vérifier son bien-être, susurra le Messire tout en tendant l’objet à Avalon.
Celle-ci le saisit et y jeta un coup d’œil rapide. Elle y vit MissO, attachée près d’un âtre, se régalant de cuissot de chevreuil bien saignant. Elle remarqua cependant la présence de plusieurs gardes armés de pieux et de couteaux qui surveillaient attentivement le fauve.

- Toutefois, cette récupération ne s’est pas opérée sans souci, poursuit le Messire en s’adressant à Vamp, j’ai malheureusement bien peur que votre troupe n’ait pas bien compris les instructions que vous leur aviez laissées, leur demandant de remettre la panthère à mes hommes. Ceux-ci ont du user de leurs armes et certains de vos compagnons ont reçu des blessures. Légères, rassurez vous ! Bien entendu, j’ai laissé quelques servants à l’auberge pour les soigner et aider à leur rétablissement. Que d’échauffourées inutiles pourrait-on éviter en communiquant davantage ! Tout est bien qui finit bien puisque vous être toutes les deux là, fraîches et disposes, conclut-il avec un grand sourire.
Je bavarde, je bavarde, mais je ne vous ai toujours pas dit de quelle magie j’avais besoin, s’excusa-t-il auprès d’Avalon. Si vous voulez bien me suivre toutes les deux, je vais vous vous montrer quelque-chose.

Le Messire se leva, découvrit une petite porte dissimulée derrière une tapisserie et leur fit signe de le précéder dans une petite pièce attenante. Sans fenêtre et sans autre issue que l’entrée qu’ils venaient d’emprunter, de forme carrée, elle ne comportait qu’une petite table, placée contre un mur, sur laquelle était disposé un petit coffre, et une statue placée en son centre. De taille réelle, cette statue figurait une jeune femme d’un réalisme saisissant. Le Messire se plaça près d’elle et posa tendrement sa main sur son épaule.
Intriguée par ce marbre qui semblait dégager des vibrations étranges, Avalon s’approcha et posa sa main sur la taille de la statue. Aussitôt, elle la retira, comme brûlée. Horrifiée, elle se retourna vers le Messire et referma son poing. Le Messire blêmit et porta ses mains à sa gorge, il suffoquait, pris dans un sort d’étranglement. Il tenta de bredouiller quelques mots indistincts … pas moi … prisonnière .. délivrez la !

_________________
:o la physique, c'est poétique :o
Revenir en haut Aller en bas
Hors ligne | Profil | MP | E-mail
AiMa Sexe : Féminin
Modératrice
Mageprincesse
Modératrice
Mageprincesse

Inscrit le : 17 Mar 2003
Messages : 14075
Points : 71 Concours jeux - 16e place 120 Concours graphiques - 12e place
Localisation : in the tardis
Séries favorites : Dr Who for the moment
MessagePosté le: 07 Fév 2010 20:58
Masquer ce messageAfficher ce message
Répondre en citantAjouter à liste des messages à citerRetirer de la liste des messages à citer
chapitre 104 : mat


Citation :
Avalon diminua légèrement l’intensité du sort.
-Qu’avez-vous fait à cette statue ? exigea-t-elle. Comment avez vous osé souiller ce marbre de Nevirth en le mêlant à une essence humaine !
-Je n’ai … rien fait ! se défendit le Messire en haletant. Tout ceci … n’est qu’un … malheureux malentendu.
Avalon ouvrit sa main et rendit sa liberté au Messire.
-Je vous écoute mais si vos explications ne me convainquent pas, vous mourrez.
Abasourdie par la violente attaque d’Avalon, Vamp avait assisté à ce renversement de forces sans intervenir. Depuis qu’elle avait retrouvé la magicienne, Vamp s’était persuadée qu’elle pouvait maîtriser son amie d’enfance malgré ses immenses pouvoirs. Avalon l’avait entretenue dans cette illusion en se laissant faire prisonnière. Le pouvoir que pensait détenir Vamp sur Avalon à l’aide de la capture de MissO n’était qu’un écran de fumée. En constatant la facilité avec laquelle le Messire avait été dominé, Vamp se rendait compte qu’elle n’avait jamais été maîtresse du jeu. Avalon avait choisit d’elle même de se rendre à Trillith et avait jouer avec Vamp. Elle aurait pu libérer sa panthère à n’importe quel moment et les tuer tous dans leur sommeil sans qu’aucun d’entre eux ne puisse réagir. Vamp recula et essaya de se fondre dans la pénombre de la pièce. Elle parviendrait peut-être à sortir de là sans dommages si Avalon et Le Messire, pris dans leur altercation, oubliaient sa présence.
A ce moment là, Avalon se retourna vers Vamp et lui fit un petit sourire, évoquant celui qu’arborait un félin devant une gazelle blessée, étendue sur le sol, prête à être égorgée.
Le Messire s’était redressé et tentait de retrouver sa dignité mise à mal. Changeant de tactique, il choisit d’opter pour la franchise.
-L’essence de ma femme Irina a été mêlée à celle de ce marbre par le mage Dar’a’thor, il y a plus de dix ans pour me punir suite à un différent commercial. Depuis lors, je cherche un magicien assez puissant pour la délivrer de cette statue de marbre. J’ai réuni plus d’ouvrages de magie noire que Trillith compte de putains, j’ai rencontré plus de soi-disant sorciers que je ne compte d’hommes à mes ordres. Tous ceux que j’ai pu consulter depuis deux ans m’ont donné votre nom. Votre magie minérale est particulièrement développée et j’ai bon espoir que vous arriviez à libérer Irina.
Avalon ne lui répondit pas et s’approcha de la statue. Elle posa ses deux mains contre elle et ferma les yeux. Au bout de quelques secondes, le marbre devint iridescent, pulsant lentement au rythme d’une lente respiration. Avalon rompit le contact et se tourna vers le Messire.
-L’essence humaine n’est pas trop dégradée, je dois pouvoir la séparer du marbre. Cependant, la vraie question est pourquoi le ferais-je ? demanda-t-elle d’un ton glacial au Messire. Vous avez usé des procédés les plus vils pour me faire venir ici et vous m’avez fait endurer la présence de Vamp. Je n’ai aucune envie de vous rendre service et je vous soupçonne d’avoir amplement mérité ce châtiment.
-Je peux vous payer ! J’ai rassemblé des pierres sentientes de Gloz, des fossiles de Trecx, tout un ensemble d’ouvrages rares ou d’amulettes qui renforceraient votre pouvoir. Tout mon or est à votre disposition. Je ne désire qu’une chose : retrouver Irina !
-Quel dévouement à une femme que vous n’avez pas vu depuis dix ans ! Quand bien même j’accepterais votre paiement, assez tentant je l’avoue, il reste cependant un problème. Dans quel réceptacle placer l’essence de votre Irina ?
Le Messire tourna la tête vers Vamp et sourit.
- Quel meilleur choix que Vamp ? Vous pourriez vous venger d’elle et Irina n’aurait pas à rougir de sa nouvelle forme, plutôt athlétique, proposa le Messire.
A ces mots, Vamp s’élança vers le Messire pour tenter un ultime coup de force. Elle n’avait fait que quelques enjambées quand Avalon la figea d’un seul geste de la main. Arrêtée en plein élan, elle était aussi inerte que la statue d’Irina. Les yeux à demi ouverts, la bouche déformée par un rictus, le bras vers l’avant, dirigé vers le Messire, elle formait un contraste saisissant avec les douces courbes et la position alanguie de l’épouse marmoréenne du Messire.
- Cette idée ne semble pas au goût de Vamp, commenta Avalon, amusée. Elle me parait tout à fait intrigante et mérite réflexion, poursuivit-elle en s’approchant de la mercenaire.
Elle posa la main sur sa chevelure, qui avait gardé sa souplesse et arrangea machinalement une longue mèche, la lissant soigneusement et la plaça derrière l’oreille de Vamp.
-Quelle douce revanche me permettrait ce sort. Transférée dans ce marbre, immobilisée à jamais, tu serais définitivement en mon pouvoir. Je pourrais facilement te rendre plus manipulable, changer la forme et la taille de ton réceptacle de marbre. Voyons, quelle forme animale te siérait le mieux ? Un petit singe ? Une belette ? Une hermine ! Je pourrais te mettre dans mon sac et te transporter toujours avec moi. Nous serions à nouveau inséparables, sœurs de sang, comme nous nous l’étions promis, conclut Avalon en caressant la joue de Vamp.

Résolue, Avalon se tourna vers le Messire.
-Approchez la statue de quelques pas, je vais tenter le transfert. Cependant, pour préserver l’intégrité de votre épouse lors du passage, il me faut disposer d’une référence, d’une image fidèle de son caractère, de ses caractéristiques.
-Que vous faut-il exactement ? s’empressa le Messire, anxieux de satisfaire toutes les exigences de la sorcière à la perspective de retrouver sa femme.
-Je suppose que vous ne disposez pas d’une empreinte de Bulle faite avant sa disparition ? demanda Avalon. Je m’en doutais, cette tradition est malheureusement tombée en désuétude, conclut-elle après le hochement négatif du brigand. Etes vous capable de former une image mentale, la plus fidèle qui soit de votre épouse et de la maintenir durant toute la durée de l’enchantement ?
-Bien sur. Que dois-je faire exactement ?
-Placez votre main sur le bras de la statue et concentrez vous sur un souvenir précis de votre femme. Soyez le plus méticuleux qui soit dans l’évocation de sa silhouette, dans la restitution du son de sa voix, de ses petites manies. L’intégrité de son essence ne sera préservée que si vous réussissez à maintenir cette image mentale.
Le Messire acquiesça d’un signe de tête, saisit avec douceur le bras de la statue et ferma les yeux.
-Vous devez maintenir un contact physique quoi qu’il advienne. Pour plus de sûreté, ajouta Avalon, je vais immobiliser votre bras, laissez vous faire.
Concentré sur l’image mentale d’Irina, submergé par la pensée qu’il allait enfin toucher au but et retrouver le seul être qu’il ait jamais aimé, il n’opposa aucune résistance à Avalon et se laissa manipuler telle une poupée de chiffons. Avalon se plaça entre Irina et Vamp et posa ses mains sur les bras des deux statues. Fermant les yeux, elle psalmodia à voix basse des mots gutturaux dans une langue inconnue. De ses deux mains, une lueur bleutée se dégageait et gagnait le marbre et la chair gelée de Vamp. L’iridescence progressait rapidement dans le marbre et nimba rapidement toute la statue. Son intensité crut doucement et se mit à osciller, pulsant au rythme de la respiration de la magicienne. Sa psalmodie s’accéléra et soudain des effluves jaillirent des doigts du Messire. L’air crépitait vivement tandis que le Messire haletant de douleur, tentait de rompre le contact avec la pierre. Maintenu par le sort d’Avalon, une étrange lumière bleue gagnait l’ensemble de son corps sans que ses gestes désespérés ne puissent l’empêcher. Tout d’un coup, une lumière éclatante jaillit du Messire et de la statue. S’éteignant soudainement, elle souffla les bougies qui éclairaient la pièce, laissant derrière elle un silence et une obscurité profondes. Des gémissements provenant du Messire sortirent Avalon de la concentration intense qu’avait nécessité le sort. D’un claquement de doigt, elle ralluma les bougies.
La statue n’avait pas bougé, inerte et minérale. A ses pieds, le Messire, prostré en position fœtale marmonnait des mots incompréhensibles. La magicienne se pencha vers lui et releva sa tête. Son visage était déformé, comme tiraillé entre deux expressions opposés. Sa bouche se tordait dans tous les sens et les sons qui s’en échappaient continûment n’avaient aucune cohérence. Son regard oscillait entre l’épouvante et l’incompréhension. Avalon sourit et se redressa, le laissant étendu sur le sol glacial. Elle s’approcha de la statue et d’une légère caresse vérifia qu’elle avait été libérée de toute présence humaine.
Elle se tourna vers Vamp et resta quelques seconde à l’observer en souriant, en restant à quelques pas. Avec quelques mots, elle leva le sort d’immobilisme qui entravait la mercenaire.
-Que s’est-il passé, s’écria celle-ci, en tentant de s’approcher d’Avalon. La magicienne leva la main pour la faire taire.
-Ce n’est pas le moment de régler nos comptes. Le Messire est hors d’état de nuire, je te conseille d’en profiter pour quitter les lieux. Avalon ajouta avec un sourire en coin. J’ai un certain nombre de choses à te dire mais cela attendra quelques jours. Ne quitte pas Trillith, conclut Avalon avant de disparaître progressivement.
Interloquée, Vamp resta quelques secondes à regarder le centre de la pièce où Avalon se tenait quelques instants plus tôt. Elle ne comprenait rien à ce qu’il s’était passé mais le conseil de la magicienne était de bon aloi. Il lui fallait récupérer ses armes et quitter enfin cette demeure, libérée des menaces du Messire, qui gisait prostré sur le sol.





_________________
:o la physique, c'est poétique :o
Revenir en haut Aller en bas
Hors ligne | Profil | MP | E-mail
  Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum